fbpx
Deux ingénieurs regardent un objet connecté dans une usine

Enjeux et défis de l’Industrie 4.0

Dans le secteur manufacturier, les avancées technologiques entraînent de profondes  transformations. En remettant en cause le fonctionnement “traditionnel” des usines, ce sont l’organisation du travail, la culture ou encore la vision de l’entreprise qui sont sujettes à évoluer.

L’usine de l’avenir est aux portes des industries manufacturières et ces dernières ont tout avantage à entreprendre dès maintenant leur transformation numérique.

Intelligence Industrielle vous éclaire ici sur les enjeux et les principaux défis de l’Industrie 4.0 pour bien réussir ce virage.

 

De nouvelles compétences nécessaires

Lorsque les usines manufacturières prennent le virage de l’Industrie 4.0, le changement de l’organisation du travail et de la production est une question cruciale. Avant toute chose, le premier défi est d’accompagner l’ensemble des acteurs internes à comprendre en quoi consiste l’Industrie 4.0 pour l’entreprise. Tous les acteurs de l’entreprise sont concernés par ces changements et doivent engager une réflexion sur les différentes stratégies à mettre en oeuvre concernant l’organisation et la nature du travail.

L’arrivée des IIot (Industrial Internet of Things) et des capteurs intelligents dans les usines n’a pas exactement entraîné  de nouvelles formes organisationnelles, elle a plutôt provoqué une évolution de l’organisation pré-existante : Le travail se transforme, les emplois se réinventent et les nouvelles compétences se multiplient. Ceci nécessite une adaptation des compétences et des métiers existants, et parfois même, l’émergence de nouvelles fonctions. L’enjeu majeur auquel fait face l’entreprise est de former les employés et de recruter de nouvelles ressources à l’interne. En plus de la main d’oeuvre habituelle, de nouvelles expertises 4.0 seront nécessaires, notamment concernant l’Internet des objets, la science des données, la programmation, l’intelligence artificielle, la robotique, l’automatisation (Ministère de l’Économie, Science et Innovation Québec), mais également en analytique, en conception d’interfaces utilisateur ou encore dans l’interaction homme-machine.

La quatrième Révolution Industrielle a pour vocation de moderniser la production de biens ou de services, de réduire les délais et les coûts de production, améliorer la qualité des produits ou encore de permettre de nouvelles innovations. Mais pour permettre cette transformation, l’aspect humain est indéniablement l’un des plus grand défi, et ce, peu importe le niveau hiérarchique. Bien que la révolution numérique redéfinisse les tâches des ouvriers, ces changements leur permettent cependant de mettre à jour leur savoir-faire. Selon Ministère de l’Économie, Science et Innovation Québec, cela leur permettra de développer de nouvelles aptitudes telles que la capacité d’innovation, la résolution de problèmes complexes, l’analyse de données, la sécurité des actifs informationnels, la capacité d’adaptation, et les compétences en informatiques deviendront incontournables.

 

Etre à l’affût des nouveautés technologiques

Les gérants d’usines doivent être en mesure d’anticiper les évolutions numériques et technologiques. Pour cela, ils doivent être continuellement à l’affût des nouvelles technologies et de leurs tendances.

Désormais, la matière première de l’efficacité de la production sont dictées par les données, (Big Data).  Les technologies et les outils qui permettent de traiter l’information numérique apportent une nouvelle forme d’interactivité avec la machine. Les tâches des opérateurs sont enrichies de nouvelles compétences numériques, et font part de plus d’autonomie en contrôlant et en analysant eux même la performance des machines. Il s’ensuit une charge de travail plus lourde pour le traitement des données en temps réel, et l’interactivité constante avec la machine.

Les technologies de l’IoT ne nécessitent pas seulement d’être averti des nouvelles tendances, il faut aussi en connaître leurs applications. Ces technologies peuvent améliorer les systèmes existants en les rendant plus efficaces et plus optimisés, mais ils sont aussi susceptibles de créer de nouveaux modèles d’affaires SaaS (Software as a Service) ou subscriber. Ces nouveaux business model sont une révolution silencieuse dans le domaine de l’Industrie 4.0.

Néanmoins, l’avènement de ces nouveaux systèmes, essentiellement basés sur le numérique et la data, nécessite des capacités d’analyse, d’innovation et d’adaptation constants afin de répondre au changement de paradigme qui a lieu dans les usines.

Share this post